Accéder au contenu principal

Adopter un animal : un acte réfléchi, un contrat à vie. Non à l'abandon !

Avant le 19eme siècle, le chien avait une utilité dans la majorité des foyers, il était au service de l'homme : chien de garde de troupeaux, chien de chasse, terriers, chien de pêche. Par exemple, notre petit bouledogue était utilisé pour chasser les nuisibles dans les maisons ou les commerces.

Aujourd'hui, il y a encore des chiens au service de l'homme, mais ses missions ont évolué : chien de sauvetage en montagne, en mer, chien policier (détection drogues, explosif, déminage), chien de sécurité.

#nonalabandon @ohmyboubous

Depuis que le chien est entré dans nos maisons et que nous sommes de plus en plus citadins, nous avons humanisé notre poilu. Et les humains, pour la majorité, ont pris conscience qu'il est un être vivant avec des besoins biologiques et psychologiques.

L'animal, un être vivant doué de sensibilité

En France, ce n'est qu'en 2015 que l'animal n'est plus considéré comme un bien meuble mais un être vivant doué de sensibilité. Une vraie avancée pour les associations de protection animale qui voient aujourd'hui leur plainte aboutir par des condamnations.

D'ailleurs, début 2018, le Code de l'Animal voit le jour. Cet outil doit permettre aux avocats, aux magistrats de mieux défendre les animaux. Réalisé par Reha Hutin, présidente de la fondation «30 millions d'amis», en collaboration avec des spécialistes du droit, il regroupe des textes de loi, des arrêtés, des règlements, des directives européennes et des décisions de jurisprudence.

100 000 chiens et chats abandonnés en France chaque année

Malgré toutes ces avancées, lorsque l'on voit le nombre d'abandons chaque année en France, 12 abandons par jour, on se demande si l'animal n'est pas toujours considéré comme un accessoire pour l'homme.

On revend son chien sur le bon coin comme on revend son smartphone. Et "la bête étant encore en bon état, on devrait en tirer un bon prix". Un bel état d'esprit de la société de consommation : on prend, on se débarrasse. Vous me direz, c'est quand même moins lâche que de laisser le pauvre bébé en pleine nature, ou attaché à un arbre, et pire encore ! Comment on en arrive là ?

Quand Mai-Line a eu ses bébés, leur placement dans une famille qui prendrait soin d'eux était ma priorité. Chaque maître est parti avec le "mode d'emploi".

Lorsqu'on adopte un animal, on devrait partir avec au moins un cours d'éducation canine obligatoire. Encore plus valable pour les chiens catégorisés qui devraient être cédés déjà éduqués.

Adopter un animal, un acte responsable

Acheter un animal chez un éleveur, en animalerie ou adopter à la Spa, doit être un acte réfléchi, mûri et non un achat coup de cœur. Lorsque l'on voit une boule de poils de deux mois on ne peut que la comparer à une peluche, un doudou. Ce n'est pas un objet transitionnel, ni un objet de consolation.

Comment ne pas être attendri et ne pas craquer ?


Or, c'est bien un être vivant qui va passer  du stade de bébé à adolescent, puis adulte et enfin deviendra senior. Il fera des bêtises petit, il souillera votre maison et il aura encore plus besoin d'attentions et de soins pendant ses vieux jours.

Un être vivant qui partagera jusqu'à une quinzaine d'années avec vous. 

Un être vivant qui a des besoins biologiques et psychologiques en fonction de ses caractéristiques.

S'engager envers son animal c'est bien sûr lui apporter de la nourriture, le protéger du froid, de lui fournir un endroit où dormir dans un foyer sécurisé, lui apporter les soins nécessaires à sa santé et son bien être. Autant l'humain pourrait vivre sans chien, autant le chien ne pourra pas vivre aujourd'hui sans l'humain.

Que devez-vous prendre en considération avant d'adopter un animal ?

L'aspect financier : Prévoir un budget conséquent. La nourriture, les soins vétérinaires courants (hygiène, toilettage, vaccins). Les frais vétérinaires ponctuels (maladie, opération, stérilisation, hospitalisation..).

Il faut compter une quarantaine d'euros pour une visite simple chez le vétérinaire, 70 euros pour une radio, 400 euros pour une opération simple.

Les cours d’éducation est un point important lorsqu'on adopte son premier chien. Elle permet une belle harmonie de vie maître/poilu. Il faut prévoir un budget de 350 euros.

On ne peut pas savoir à l'avance mais autant misé sur le max. plutôt que se retrouver dans des situations extrêmes.

Le temps à lui consacrer : un animal a besoin d'être choyé, mais les câlins ne suffisent pas. Lui donner de l'amour c'est aussi le sortir à l'extérieur de la maison si vous avez un jardin. Balade en forêt, parc...pour y rencontrer des congénères et faire travailler son imaginaire en découvrant plein d'odeurs. Aussi, les sorties extérieures sont utiles pour la dépense physique mais aussi pour son bien être mental. Un jardin ne suffira pas à combler ses besoins.

La pratique d'une activité physique ou une activité de travail est indispensable pour certaines races. Vous devrez vous libérez quotidiennement et lui consacrer, minimum, une heure par jour.

Par ailleurs, il faut penser que votre vie évoluera sûrement pendant ces quinze années. Vous passerez peut être de célibataire à en couple, de en couple à en famille. Et votre compagnon à quatre pattes aura t'il toujours sa place, comment gérerez vous les changements ?

Les premiers mois et l'éducation : tout bébé, il mâchouillera les pieds de chaises ou les fils électriques, fera ses besoins à l'intérieur, s'occupera de votre canapé et bien d'autres... bref des bêtises en perspective, ou pas, qui vous agaceront et pourront aussi le mettre en danger. 

L'éducation d'un animal se fait en douceur et avec de la patience.Elle exige des qualités et des compétences.

Vous êtes là pour l'éduquer et lui apprendre les choses autorisées ou pas. Aussi, je recommande vivement de faire appel à un éducateur canin si vous trouvez l’exercice trop compliqué. Tous les comportements de votre animal ont une signification et vous serez surpris d'apprendre autant en faisant appel à un éducateur.

Les absences : Vous travaillez. Oui normal et tant mieux. Mais votre chien n'est pas autonome et indépendant. Que fera t'il en votre absence, comment l'occuperez vous ? Vous me direz, c'est animal de compagnie, oui mais, il est vivant et a des besoins également. Et comme il est brave, il vous attendra paisiblement. A votre retour, aurez vous la patience et l'envie de répondre à ses besoins de contact ?

Comment avez vous prévu de vous organiser pendant les plus longues absences ? Avec ou sans toutou ? Votre famille acceptera t'elle d'accueillir votre loulou si vous partez ? En pension ? en famille d'accueil ? Il existe plein de solutions mais non à l'abandon ou le retour aux sources (le bon coin ou l'élevage).


Les besoins de la race : renseignez vous avant d'adopter sur les caractéristiques liées à la race du chien qui ne pourront peut être pas convenir à votre mode de vie. Cela évitera de vous tromper. Si vous êtes pantouflard, oubliez les labrador, les border, les beagle... et encore plein d'autres. Votre balcon ou jardinet ne suffira pas à combler l'activité physique et mentale de votre animal. Un coach canin peut vous aider à choisir le chien qui vous conviendra le mieux.

🐶🐶🐶🐶🐶🐶

Pour terminer, je dirais, avoir un poilu c'est accepter des responsabilités (et non pas des servitudes) et tout faire pour construire une relation harmonieuse.

Avoir un chien ne doit pas se limiter à prendre ses câlins, sa bonne humeur, sa douceur, ou à un partenaire pour courir ou pour se sentir moins seul. Avoir un chien c'est aussi, le comprendre et répondre à ses besoins. C'est accepter qu'il ne soit pas tel que vous l'auriez voulu, c'est le promener sous la pluie après une dure journée de travail, le sortir en pleine nuit quand il est malade, nettoyer ce qu'il aura souillé, réparer ses dégâts, le soigner. C'est l'accompagner lorsqu'il sera âgé et préserver sa dignité.









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment se passe le CCAD ou ACACED ?

Aujourd'hui, le CCAD ou maintenant ACACED est obligatoire pour toutes les personnes qui souhaitent exercer une activité rémunérée ou non avec les animaux domestiques, que ce soit un vendeur en animalerie, un éducateur canin, promeneur canin ou éleveur dès la 1ère portée, etc...
Une formation certifiante est dispensée par certains organismes et coûte selon le nombre de catégories d'animaux choisies entre 250 et 500 euros.

Pour 1 catégorie (chien ou chat par exemple), il faut compter 14h de formation (évaluation comprise), 18h pour 2 catégories (chiens et chats par exemple). 
Ensuite tous les 10 ans, il faut réévaluer ses connaissances, formation de 4h. Environ 150€
Inscrite à la formation "chiens" à l'Ecole des Chiens à Suresnes, organisme que je recommande (95% de réussite), je me suis posée beaucoup de questions sur ce qui était évalué et dans quelles conditions. Il y a beaucoup de post sur les forums mais je n'ai rien trouvé de très intéressant
Comment se …

Quelles culottes hygiéniques pour nos bouledogues français ?

Histoires de filles... Dans ce post, je parlerais des petites culottes hygiéniques pour les chaleurs. Et le meilleur investissement est pour la fin ! Les premières chaleurs chez les bouledogues français apparaissent entre 7 et 12 mois. Elles durent entre deux et quatre semaines. L'intervalle entre deux périodes de chaleur varie entre 6 et 8 mois.Entre autres, la vétérinaire m'avait indiqué que les premières chaleurs pouvaient passer inaperçues.Rappelons que la ménopause chez la chienne n'existe pas, donc les chaleurs sont à vie si l'on n'a pas décidé de faire stériliser son animal. Il est déconseillé de faire saillir une chienne de plus de 7/8 ans.Fanny est stérilisée sur les conseils du vétérinaire qui expliquait que les chaleurs sont une contrainte si l'on n'a pas l'intention de faire reproduire son animal. Par ailleurs, la stérilisation protégerait des grossesses nerveuses et plus grave, des tumeurs mammaires. Sans parler du risque lié à l'accouc…

Pourquoi Botanic retire de son rayon "animalerie" des antiparasitaires ? Quelle alternative naturelle proposer à nos poilus ?

Après avoir éliminé, il y a dix ans, certains pesticides chimiques de son rayon "Jardinage", l'enseigne Botanic fait le buz en annonçant le retrait définitif de son rayon "Animal de compagnie" les antiparasitaires contenant ce type de substances. Je vous invite à lire l'article très intéressant datant du 7 avril 2018 du journal Libération sur le sujet.

Pourtant, pipettes, colliers, sprays sont souvent notre premier choix pour se débarrasser efficacement des puces et tiques. Mais ceux à base de fipronil, de perméthrine et autres tétraméthrine sont nocifs et ne seront désormais plus dans les rayons de cette enseigne.

Pourquoi une telle décision ? Bien entendu, pour protéger nos poilus. Mais aussi leurs maîtres et surtout femmes enceintes et enfants qui y sont très exposés et parce que les molécules incriminées peuvent avoir des conséquences graves sur le neuro-développement.

Aujourd'hui, qui dit animal de compagnie dit calinous, caresses, partage de son l…